The Big One Seattle Earthquake

Earthquake drill à l’école

Après l’exercice incendie en début d’année, nous avons eu le droit cette semaine à un exercice « tremblement de terre ».

Pas vraiment un exercice commun en France, c’est en fait la première fois que j’ai cette formation dans mon boulot. Certains élèves ont même d’ailleurs l’air d’être plus au courant que moi sur le sujet…

Bref, en cas de tremblement de terre, en gros on s’écarte des dangers d’écroulements potentiels type fenêtres, meubles… on se cache sous une table, on s’accroche à un de ses pieds avec une main, et on se protège la tête avec son autre bras.

Les élèves sont toujours ravis de faire ce genre d’exercice, ils sont à fond !

Des précautions prises au sérieux

Pas étonnant que mes petits élèves soient au taquet sur ce genre d’exercice. Ici à Seattle, c’est vrai que les gens ont l’air très concernés par le risque de tremblement de terre.

  • Dans tous les bâtiments officiels on trouve, en plus du plan incendie, un plan de mise en sécurité en cas de tremblement de terre. Les trois mots d’ordre sont les suivants :

earthquake

  • Le site de la ville de Seattle propose sur sa page « Emergency Management » des conseils aux familles en cas de tremblement de terre, des explications, des statistiques… C’est par ici si vous voulez jeter un coup d’oeil :

http://www.seattle.gov/emergency-management/hazards-and-plans/hazards/earthquake

  • On trouve aussi quelques sites internet ou magasins spécialisés en « fournitures de survie » au cas où un telle chose arriverait. Par exemple le site Earthquake Bag propose à la vente des sacs de survie, en fonction du nombre de personnes dans votre famille :

https://earthquakebag.me/blogs/news/6-things-every-seattle-family-needs-to-prepare-for-the-next-major-earthquake

Le risque est-il vraiment réel ?

Seattle et sa régions se situent à une frontière tectonique active entre la plaque Nord-américaine, la plaque Pacifique et la plaque Juan de Fuca. Tout ce blabla scientifique pour dire que ce n’est pas vraiment stable sous nos pied. Pour reprendre une citation de Libération que j’aime bien : « Seattle est assis sur un bol de gelée » !

La zone sismique est bel et bien réelle dans le coin. Les scientifiques dénombrent plusieurs tremblement de terre, dont trois principaux ayant eu des répercussions humaines et matérielles : 1949-1965-2001. Voici quelques images du Séisme de Nisqually, dernier en date, le 28 février 2001:

D’après les données scientifiques, la région Northwest Pacific a connu un énorme tremblement de terre d’une magnitude proche des 9 il y a plus de 300 ans, soit 75 ans avant la naissance des États-Unis. Les scientifiques prédisent donc un « Megaquake » à venir, mais la question est de savoir quand cela va se produire… En fait ce qui fait assez peur quand on commence à s’intéresser au sujet, c’est qu’au départ perçu comme un événement que l’humanité ne connaîtrait peut-être jamais, la date fatidique de « The Big One » semble peu à peu se rapprocher, et les scientifiques sont de plus en plus sérieux avec les mise en garde et les plans de préparation.

150720_r26752-1200-630-10165906

Un article a fait flipper pas mal de monde dans le coin sur ce sujet : « The Really Big One – An earthquake will destroy a sizable portion of the coastal Northwest. The question is when. » par Kathryn Schulz dans le fameux New York Times.

Lisez donc cet extrait qui n’est pas des plus rassurants : « Quand les secousses auront cessé et que le tsunami aura reflué, la région sera méconnaissable. Kenneth Murphy, directeur pour la FEMA de la Région X, la division s’occupant de l’Oregon, de l’État de Washington, de l’Idaho et de l’Alaska, explique: « Notre hypothèse de travail, c’est que tout ce qui se trouve à l’ouest de l’Interstate 5 sera anéanti. »

En fait, la « malchance » de notre région, c’est que d’une part elle se situe sur une zone très instable en matière de sou-couche… mais un les effets d’un possible tremblement de terre sont décuplés par deux risques non négligeables :

  • le tsunami : eh oui, c’est bien beau d’être dans une baie, mais l’eau ça fait des dégâts… Une secousse dans le pacifique engendrerait un tsunami sur la côte
  • la zone volcanique : ces belles montagnes qui entourent notre ville sont loin d’être inoffensives. Le Mont Rainier et le Mont Saint Helens (dans la chaîne des Cascades) sont des volcans actifs. D’ailleurs la dernière éruption de ce dernier ne remonte pas à si longtemps, c’était en 1980 :

FDIA_Image

Prenons du recul…

Bon, après tout ce discours, on n’a qu’une envie, c’est de prendre ses jambes à son cou ! Mais le risque a beau être bel et bien réel, il faut prendre un peu de recul quand même face à ses prédictions apocalyptiques.

Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, je ne suis pas une experte, mais j’ai trouvé pour vous un article explique très bien les faits et les précautions qu’il faut prendre quand à l’interprétation es faits scientifiques :

http://www.slate.fr/story/104633/gigantesque-tremblement-terre-detruire-seattle

Rassurant non ? Enfin moi, pour ma part, je vais m’en tenir à ces notes optimistes !

Il me semble que l’important, c’est de connaître les risques et de savoir s’y préparer, mais de garder la tête froide avant tout. De toute façon, que cela se produise ou non, nous n’y pourrons rien. Donc autant mettre ces idées de coté et profiter de la vie que nous offre cette si belle région !

p1110273

3 thoughts on “The Big One Seattle Earthquake”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s