La grisaille à Seattle, mythe ou réalité ?

Voilà maintenant trois semaines que je suis ici. En arrivant de Toulouse, je m’étais préparée psychologiquement au choc météorologique.

Tout le monde nous avait prévenus : « c’est pas pour rien qu’on l’appelle The Rain City », « tu ne vas pas beaucoup voir le soleil là-bas » ou encore « Seattle aux Etats-Unis, c’est un peu comme la Bretagne à la France »…

Alors dans ma valise, je n’ai pas oublié d’emmener polaires et k-ways, même si je suis partie sous plus de 30 degrés à Toulouse !

Contrairement à ce à quoi je m’attendais, ma première semaine s’est passée avec un grand soleil, sous presque 90 degrés… Fahrenheit évidemment ! Ce qui équivaut à une trentaine de degrés Celsius. Mais pour les gens d’ici ce temps est vraiment inhabituel, la clim était à fond dans les bus, les gens recherchaient la moindre parcelle d’ombre et arrivaient dans les bus épuisés et transpirants comme après avoir couru le marathon 🙂

En parlant avec mes collègues, j’ai vite appris que cette idylle ne durerait pas bien longtemps… En tout cas, mois ça m’aura quand même permis une adaptation en douceur !

Et effectivement, depuis deux semaines maintenant je me réveille avec un ciel très couvert, et nous avons eu beaucoup de pluie (selon moi toulousaine) pour commencer ces premiers jours d’école.

La preuve en images (une photo prise chaque matin depuis mon emménagement) :

img_3676img_3679img_3686img_3692img_3698img_3706img_3714img_3732img_3786

Cette dernière photo termine la semaine sur une très jolie note, nous aurons un super temps tout le weekend ! Et a priori la semaine prochaine… Enfin a priori, car il paraît qu’il ne faut jamais trop se fier à la météo. En attendant, je prévois le coup, le k-way est de sortie et je vais devoir acheter des bottes de pluie !

img_3802

Quittons-nous par une petite touche d’humour, voici quelques blagues bien appréciées des Seattlïens !

fond_blanc-svg

  • Quelle est la définition d’un optimiste à Seattle ? Un mec avec un pare-soleil sur son chapeau de pluie.
  • Il ne pleut que deux fois dans l’année à Seattle : d’août à avril et de mai à juillet.
  • Un nouveau venu à Seattle arrive un jour de pluie. Il se lève le jour suivant et il pleut. Il pleut aussi le jour suivant, et celui d’après. Il sort déjeuner et voit un enfant, il lui demande de désespoir : « Hé petit, est-ce qu’il s’arrête jamais de pleuvoir par ici ? » L’enfant répond : « Qu’est-ce que j’en sais ? Je n’ai que 6 ans. »

Affaire à suivre…

68ca0972b8b3cb3722715b900cc51173

2 thoughts on “La grisaille à Seattle, mythe ou réalité ?”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s